Évolution 2013 : La Constellation des Grands Montréalais

Dans le cadre des célébrations liées à son 190e anniversaire, la Chambre de commerce du Montréal métropolitain a dévoilé en novembre 2012 une œuvre permanente sur laquelle se retrouvent les noms de tous les membres de l’Académie ayant marqué l’histoire économique, culturelle, scientifique et sociale du Grand Montréal.

Cette année, quatre nouveaux Grands Montréalais ont vu leur nom immortalisé dans cette œuvre évolutive qui témoigne des réalisations accomplies par des citoyens qui sont des exemples d’engagement et de réussite.

MDX_2124
L’académie a choisi de reconnaître le parcours exceptionnel de Montréalais qui ont façonné notre grande ville.

Lise Watier, fondatrice de Lise Watier Cosmétiques et présidente de la Fondation Lise Watier. Véritable pionnière du milieu entrepreneurial québécois, elle a bâti la plus grande entreprise de cosmétiques que le Québec ait connue.

Kent Nagano, directeur musical de l’Orchestre symphonique de Montréal, La richesse de son expérience et de son répertoire témoigne d’un apport exceptionnel au prestige et à la renommée musicale de la ville de Montréal.

Julie Payette, directrice du Centre des sciences de Montréal et vice-présidente de la Société immobilière du Canada. À titre de première femme canadienne à avoir travaillé dans la Station spatiale internationale, elle a renforcé la notoriété de Montréal dans le domaine de l’astronomie et montré le chemin des étoiles à des milliers de jeunes Québécois.

Pierre Bourgie a sensibilisé les Montréalais et l’ensemble des Québécois à l’importance d’améliorer le financement de nos organismes sociaux et culturels.

De couleur bleutée, la murale présente 127 points qui rendent hommage aux grands Montréalais nommés jusqu’ici et dont certains sont membres du Club des Ambassadeurs du Palais des congrès!

• M. André Caillé                 • Dr William Feindel
• Dr Pavel Hamet                • M. Bernard Lamarre
• Dr Balfour M. Mount

Venez découvrir cette œuvre ainsi que plusieurs autres créations d’artistes québécois disposées à divers endroits à l’intérieur et l’extérieur du Palais des congrès de Montréal.

Pour plus d’information sur la Constellation des Grands Montréalais.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

La Constellation des Grands Montréalais : une nouvelle œuvre permanente et évolutive

Le Palais des congrès de Montréal est un lieu reconnu de la métropole où l’art et l’architecture vivent en parfaite symbiose.

Dans le cadre des célébrations liées à son 190e anniversaire, la Chambre de commerce du Montréal métropolitain a dévoilé le 22 novembre 2012 une œuvre  permanente sur laquelle se retrouvent les noms de tous les membres de l’Académie ayant marqué l’histoire économique, culturelle, scientifique et sociale du Grand Montréal. Cette tradition née en 1988 se poursuit encore aujourd’hui avec le dévoilement de la Constellation des Grands Montréalais. Installée à l’ombre colorée de la grande verrière du Palais des congrès dans le Hall place Riopelle, cette œuvre témoigne des réalisations accomplies par des hommes et des femmes qui constituent des exemples d’engagement et de réussite, dont certains sont aussi membres du Club des Ambassadeurs du Palais des congrès! Cette œuvre permet aux Montréalais ainsi qu’aux visiteurs de mieux connaître ceux qui façonnent notre grande ville.

mur-constellation
La Constellation des Grands MontréalaisCrédit : Palais des congrès de Montréal

De couleur bleutée, la murale présente 122 points lumineux qui rendent hommage aux grands Montréalais nommés jusqu’ici. L’intégration technologique dans cette œuvre permet aux visiteurs d’utiliser leur téléphone intelligent sur chacune des étoiles afin d’obtenir de l’information sur ceux qui ont contribué au dynamisme de Montréal.

Venez découvrir cette nouvelle œuvre ainsi que plusieurs autres créations d’artistes québécois disposées à divers endroits à l’intérieur et l’extérieur du Palais des congrès de Montréal.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

L’aérospatiale encore plus à l’avant-scène avec AÉROÉTS

L’industrie montréalaise de l’aérospatiale renforce davantage son rôle de leader avec le lancement de l’organisme AÉROÉTS, qui vise à positionner l’École de technologie supérieure (ÉTS) comme une école de classe mondiale dans le secteur de l’aérospatiale. À sa tête comme directeur figure nul autre que monsieur Hany Moustapha, aussi Ambassadeur émérite du Palais et coprésident du comité sectoriel en aérospatiale du Palais.

Au cours des prochaines années, grâce aux efforts de ce comité et à l’appui de la grappe économique représentée par Aéro Montréal en matière de rayonnement et de développement, le Palais prévoit d’ailleurs accentuer ses efforts pour attirer davantage de congrès et événements majeurs de ce domaine. Le comité envisage même de travailler à la création d’une Semaine de l’aérospatiale à Montréal dès 2013.

Rappelons que le grand Montréal figure parmi les plus importants centres aérospatiaux du monde, avec Seattle et Toulouse. Elle constitue la 2e capitale internationale pour la densité d’emplois en aérospatiale. Plus de 98 % de l’activité de l’industrie aérospatiale du Québec se concentre en fait dans le grand Montréal, qui est l’une des rares régions au monde où la quasi-totalité des composantes d’un avion sont accessibles dans un rayon de 30 km.

Source photo: www.aeromontreal.ca

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Création d’un comité de leaders de l’aérospatiale

La Société du Palais des congrès de Montréal annonce la création de son nouveau Comité événements majeurs — aérospatiale. Ce groupe d’experts réunit des représentants de huit chefs de file de l’industrie aérospatiale montréalaise : Aéro Montréal, CRIAQ, Bombardier Aérospatiale, Université McGill, École de technologie supérieure, Centre national de recherche du Canada — Aérospatiale, Morpho Canada et Montréal International.

Le grand Montréal figure parmi les plus grands centres aérospatiaux du monde, avec Seattle et Toulouse, et constitue la 2e capitale mondiale pour la densité d’emplois en aérospatiale. Le travail du comité permettra d’attirer de nouveaux congrès et événements d’envergure dans la métropole et contribuera à renforcer son positionnement dans cette industrie.

Le comité est coprésidé par Hany Moustapha, professeur et directeur d’AÉROÉTS, Ambassadeur et membre du comité consultatif du Club des Ambassadeurs du Palais des congrès, et par Suzanne M. Benoît, directrice générale d’Aéro Montréal, la grappe aérospatiale. Un comité réunissant des sommités d’un autre créneau d’excellence de l’économie québécoise devrait également voir le jour d’ici la fin de l’année.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Montréal, concentré d’innovation

Selon une compilation exhaustive de RE$EARCH Infosource, le Grand Montréal demeure la capitale de la R-D au Canada, tant dans le secteur privé qu’au sein des universités. La réputation internationale de la ville dans le domaine scientifique y est pour beaucoup. C’est également l’une des raisons pour laquelle Montréal se classe au premier rang des villes d’accueil d’événements associatifs internationaux1.

Un article du quotidien La Presse publié le 27 décembre dernier décrit Montréal comme l’une des 30 villes les plus importantes du monde dans le domaine scientifique, notamment grâce à ses collaborations de recherche au sein d’équipes internationales.

À l’origine de ce succès, la forte concentration de centres de recherche situé sur le territoire de la région. En effet, le Grand Montréal constitue la région métropolitaine comptant le plus grand nombre de centres de recherche au Canada. La métropole québécoise occupe également le 1er rang au Canada pour le nombre de chercheurs universitaires avec près de 6 000 personnes qui se consacrent à la recherche.

Les sommes dédiées à la recherche universitaire à Montréal sont aussi les plus importantes au pays. Entre 2000 et 2007, plus de 7 milliards de dollars ont été accordés aux universités montréalaises en recherche, ce qui représente 20% du montant total investi au pays pour la même période.

L’importance de la R-D dans le paysage montréalais s’exprime par ailleurs dans le nombre de publications scientifiques par habitant. Grâce à la forte concentration d’établissements d’enseignement supérieur, de chercheurs et de professeurs renommés, le Grand Montréal se classe 4e en Amérique du Nord en 2007.

Pour la même année, la région conserve la 1ère place au Canada pour le nombre de publications scientifiques réalisées dans le cadre d’une collaboration entre chercheurs des universités et du secteur privé. Cette formidable synergie qui existe entre les établissements d’enseignement supérieur et les entreprises, immergés dans le bain d’innovation de la métropole, est également illustrée par les résultats du sondage intitulé Regard des entreprises sur le réseau universitaire québécois qui ont été dévoilés en octobre dernier par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain en prévision de la première édition du Rendez-vous du Savoir 2010.

D’après ce sondage, la grande majorité des entreprises interrogées (81%) jugent que la collaboration entre les entreprises et les universités est pertinente pour leur développement et leur rayonnement. Environ la moitié d’entre elles (53 %) ont développé une telle collaboration au cours des trois dernières années. Par ailleurs, le réseau universitaire québécois est généralement bien perçu par les entreprises, notamment pour la qualité de son enseignement (94%), la qualité de sa recherche (87%) et l’employabilité de ses finissants (82%).

1ICCA, classement 2009

Source : Indicateurs d’attractivité 2009-2010, Montréal International

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Montréal, plus grand centre universitaire du Canada

Une ville, 11 établissements universitaires, 170 000 étudiants. Le Grand Montréal est la région métropolitaine qui compte le plus d’étudiants universitaires par habitant en Amérique du Nord. À ce titre, elle se classe même devant Boston, capitale intellectuelle des États-Unis. Portrait d’une ville de savoir… par tradition et par passion.

Plus de 170 000 personnes inscrites dans les 11 établissements d’enseignement universitaire du Grand Montréal, ça fait du monde… En rajoutant le nombre d’étudiants inscrits dans des programmes de niveaux collégial et secondaire professionnel, ce chiffre atteint près de 350 000 étudiants.

Parmi les programmes les plus populaires, les disciplines scientifiques, les sciences de l’administration et les sciences humaines représentent à elles seules plus de 70% de l’effectif universitaire total du Grand Montréal en 2007. Les secteurs de haute technologie constituent, quant à eux, plus de 15% de l’effectif universitaire avec plus de 27 000 étudiants.

Reconnu mondialement pour la qualité de son enseignement, le Grand Montréal attire 15 000 étudiants étrangers, le plus grand nombre d’étudiants étrangers universitaires au Canada, en particulier aux cycles supérieurs.

Pour le plus grand intérêt des entreprises, cette concentration d’étudiants évolue en une main d’œuvre qualifiée, multiculturelle et multilingue. En effet, le Grand Montréal compte la plus imposante population bilingue au Canada avec deux millions de personnes qui s’expriment aisément dans les deux langues officielles du pays (le français et l’anglais), ce qui représente plus de la moitié de la population totale de la région métropolitaine. La plus bilingue et la plus trilingue aussi, avec près de 20% de la population qui maîtrise un minimum de trois langues.

Dans le cadre du premier Rendez-vous du Savoir qui s’est tenu au mois d’octobre dernier.
Le Palais des congrès de Montréal, en collaboration avec ses partenaires, a mis en valeur l’apport des universités au développement du Québec, comme source de créativité, de productivité et d’innovation.

Pour en savoir plus sur Montréal, capitale universitaire du Canada, www.montrealinternational.com/publications-innover

Source : Indicateurs d’attractivité 2009-2010, Montréal International

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail