Congrès américain

Laissez-nous vous aider à faire de votre évènement un succès sur toute la ligne!

Montréal

Montréal est une ville cosmopolite et sécuritaire aux rues animées offrant joie de vivre et gastronomie recherchée. Une effervescence nord-américaine teintée de charme européen : c’est cela, Montréal, et en toutes saisons!

En savoir plus

Sciences, savoir et innovation

Terreau propice à l’innovation et à la créativité, Montréal est la capitale canadienne de la recherche et du développement. Grâce à ses établissements d’études supérieures, dont quatre grandes universités et sept écoles affiliées, à ses 200 centres de recherche, à son secteur des affaires dynamique et à plus de 1 500 établissements actifs en recherche et développement, Montréal apparaît comme une référence en matière d'innovation scientifique et industrielle.

En savoir plus

Témoignage

«Si je pouvais soulever le Palais et l’amener avec moi dans chacune des destinations, j’en serais très heureuse!»

Earla J. Jones, MS, CMP
Director, Annual Meeting
NACUBO

En savoir plus

Distinctions

ICCA

ICCA
Première place en Amérique
du Nord quant au nombre de congrès accueillis organisés
par des associations internationales
en 2012 et 2013.

UIA

UIA
Première place des Amériques pour l'accueil d'événements associatifs internationaux en 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.

UIA

AIPC Gold
Finaliste en 2014
pour le prix APEX Award - Meilleur centre de congrès au monde

Contactez-nous!

Laissez nos spécialistes vous aiguiller dans votre démarche.

Ventes Congrès Américain

Elena Mastrogiuseppe
+ 1 514 871-8122
1 800 268-8122

 

Pourquoi choisir Montréal?
Chef de file en innovation et technologie, Montréal est la résidence d’une impressionnante communauté académique et scientifique reconnue, dont bon nombre de figures marquantes sont membres du Club des Ambassadeurs du Palais des congrès, largement reconnu comme un foyer d’innovation, de créativité et d’excellence. Cela fait de Montréal une destination idéale où tenir des événements prestigieux de grande envergure.

Montréal, c’est la porte à côté!
Montréal est à moins de 50 kilomètres de la frontière américaine avec des vols rapide depuis les principaux aéroports nord-américains. L’aéroport Montréal-Trudeau est à 20 minutes à peine du centre-ville et propose des vols directs vers plus de 130 destinations à travers le monde.

Le Palais est prêt à vous accueillir
Finaliste du prix AIPC du meilleur centre de congrès au monde en 2014, le Palais met à votre disposition 113 salles multifonctionnelles ultramodernes réparties sur 51 100 m² (550 000 pi²) dans un édifice contemporain baigné de lumière naturelle.

Pour découvrir ces espaces, suivez la visite vidéo virtuelle 360 degrés, ou découvrez les photos panoramiques 360 degrés des principales salles.

Notre personnel dévoué vous aidera à toutes les étapes pour faire de votre événement un succès.

Au centre-ville, à proximité de tout

Le Palais des congrès de Montréal est au cœur de cette métropole internationale, ce qui signifie que vous n’êtes qu’à quelques minutes de marche de 15 000 chambres d’hôtel, dont 4 000 accessibles directement depuis le réseau souterrain de Montréal!  Le Palais est également situé stratégiquement au centre-ville de Montréal, au croisement  de plusieurs quartiers d’ambiance différente, tels que le Quartier chinois, le Vieux-Montréal, le Quartier des affaires, le Quartier international et le Quartier des spectacles.

La galerie commerciale située au niveau 1 du Palais vous propose un éventail de produits et services à portée de main : choix de restauration et café, photographe spécialisé en événementiel, fleuriste, salon de coiffure, location de voiture, etc.

Une logistique facile pour le dédouanement
En collaboration avec l’Agence des services frontaliers du Canada, le dédouanement du matériel utilisé dans le cadre de votre événement peut se faire sur place. Notre personnel dévoué et nos professionnels expérimentés vous aideront à planifier tous les détails logistiques reliés à l'organisation d'un congrès à l'extérieur des États-Unis. Ils vous épauleront à chaque étape pour s'assurer que vous et vos visiteurs viviez une expérience mémorable à Montréal.

Environnement de haute technologie
Suite à d’importants investissements, le Palais se positionne aujourd'hui comme le leader nord-américain en services technologiques. Il offre le meilleur des technologies événementielles pour stimuler votre audience et générer de nouveaux revenus de commandites.

Les technologies utilisées offrent aux organisateurs de nouvelles façons de communiquer, notamment par :

  • Son réseau Internet rapide, fiable et prêt à relever tous les nouveaux défis de connectivité. Une connexion Wi-Fi est même disponible gratuitement au niveau 1.
  • Le réseau d'affichage numérique, munis d'écrans HD de 55 pouces et d’un mur vidéo
  • L’application mobile pour des événements, offerte en partenariat avec CGI,
  • Le portail e-commerce, qui facilite la commande de services pour les exposants.

Le Palais des congrès de Montréal a remporté l'or au prestigieux DSE 2014 APEX Awards à Las Vegas, pour la qualité et la flexibilité de ses technologies d’affichage numérique.

Tous ces services ont été conçus pour être intégrés dans un programme de commandites et ainsi fournir aux organisateurs d'événements la possibilité de générer de nouveaux revenus.

Installations vertes
Le « virage vert » du Palais ne date pas d’hier. De nouvelles mesures écoénergétiques ont été intégrées à nos installations dès 2000 et nous avons adopté une politique environnementale qui reflète notre engagement envers les meilleures pratiques de développement durable. Le Palais est également fier de promouvoir l’organisation d’événements écoresponsables et d’offrir plusieurs éco-forfaits qui vous aideront à réduire votre empreinte écologique.

Demande de réservation de salle

Testimonial

Mendelssohn

Discover Simon Devost-Dulude

Executive Chef

Capital Catering

In addition to his solid ITHQ training, Simon Devost-Dulude brings 15+ years experience to the table, including 7 as sous-chef in the kitchens of the school’s restaurants. At age 34, Simon Devost-Dulude is a member of Québec’s new wave of chefs, fusing Québec’s food heritage and international trends into a distinctly flavourful cuisine.

 

In lockstep with culinary trends and open to new ideas, he loves showcasing locally-grown products and never misses an opportunity to use products freshly picked from the Palais’ rooftop gardens. Meticulous, he is attentive to the most minute details in order to provide each guest with an unparalleled experience. His secret? A peerless kitchen staff, but mostly, dishes that stand out because of the freshness of the products and the way the flavours come together!

 

His drive to become a chef took root during his time at the ITHQ school and through seminal encounters, with among others the school’s executive chef at the time, Williams Chacon, and his colleague and then sous-chef, Samuel Sirois: “That period and these people helped define me as a chef. I developed qualities such as rigour and passion, but also vision and a sense of pride, which are with me to this day,” explains Devost-Dulude.

Interview with a man of flavours

Chef Simon Devost-Dulude

Capital Catering

Your turn to enjoy a one-on-one with Simon Devost-Dulude, a chef who is ambitious and proud, but also humble and accessible…

 

How do you define passion?

 

“An engine that constantly drives you toward fresh ideas. I need the adrenaline that comes with my job.”

 

Over and above passion, what else is required to succeed in Montréal’s largest institutional kitchen?

 

“The ability to adapt and react, and to be open minded to suggestions so you can properly satisfy the needs of various clienteles.”

 

Your primary goal?

 

“Leaving customers with an unforgettable experience and a meal whose flavours will linger a long time.”

 

Early impressions of your job since your appointment?

 

“The workload is striking, which makes having a good team that much more important. I could not do this on my own.”

 

Your kitchen persona: tyrant or friend?

 

“Definitely not tyrant. The kitchen staff is like a second family, or more like a fellowship with a hierarchy. Maintaining a certain hierarchy in the kitchen is obviously very important for control purposes, but it is possible to be demanding without being unpleasant.”

 

Your role and strengths as chef?

 

“I try to communicate effectively, to involve people so they feel they have a stake in the outcome. I believe that’s how you get the best out of people. Everyone has to feel we’re all going in the same direction. I am like an orchestra conductor striving to bring out the best performance from each and every one.”

 

What kind of impact do you want your menu to have?

 

“I want taste and flavours to stand out. It might appear an easy task, but whether a simple sandwich or a gastronomic dish, it has be good. Next is variety: A wide-ranging cuisine that starts with fresh picked local products, including those grown on the Palais rooftop, to satisfy a clientele that comes from all over the world. And finally, cuisine that is creative and new, worthy of Montréal.”

 

Does being a chef from Montréal make a difference?

 

“Over and above the skills you acquire in this city, being from here adds to your sense of pride: pride in our culinary heritage and our abilities. I have always had faith in what we could accomplish in Québec food-wise. I am glad and proud to see that a new wave of chefs is taking Québec cuisine ever further, and I feel I am part of this new movement. I also believe it is important that this renewal be reflected in the Palais’ own cuisine.”

Chef’s recipe

Israeli couscous over a bed of fresh salad

with bacon bits and dried fruit

Loved by Palais employees and event participants alike, this salad combines sweet and salty in an all-purpose side dish for all seasons. Israeli couscous can be found in several gourmet food shops, such as La Dépense, located at the Jean-Talon market.

 

 

Israeli couscous 200 g uncooked (yields 2 to 3 times cooked)
Brocoli 2 heads
Raisins 40 g
Dried cranberries 40 g
Assorted nuts, crushed 40 g
Green onions, finely chopped 1 bundle
Herbs (parsley, chive), chopped 1 bundle
Salt and pepper, freshly ground to taste
Radishes 5-6 units
Zucchini 1
Pepper 1
Bacon bits ½ pouch bacon, approx. 250 g

 

  • Use store-bought coleslaw salad dressing to taste or make a generously seasoned homestyle mayonnaise.

     

  • Cook the Israeli couscous as you would pasta, i.e. in lightly salted boiling water, 6 to 7 minutes. Drain thoroughly and refrigerate in a platter.

     

  • Cut broccoli heads in small pieces. Keep stems to make soup. Dice remaining vegetables (radishes, zucchini and pepper).

     

  • For bacon bits, oven cook bacon and pat dry to remove as much fat as possible. Crush into small pieces and let cool.

     

  • Mix everything in a large bowl or salad bowl. Salt, pepper and dress to taste.

     

  • Refrigerate a few hours so flavours can blend.

     

Simon’s favourite food spots

Chef Devost-Dulude

and some of his favorite places

Although he keeps some to himself, “secrets of the trade and all,” he says jokingly, Chef Devost-Dulude was kind enough to share some of his favourite spots with us…

 

Favourite restaurant? Not just ONE. He could actually name one for each type of cuisine in Montréal… They include Au pied de cochon and the cuisine of Martin Picard, which he thoroughly enjoys, and when on Laurier avenue, he stops by Juni for sushi. As for essentials, public markets instantly spring to mind. He especially loves the interaction with farmers: “It adds a human touch to the process… We can put a face on the food we consume. We grow such wonderful products in Québec and it is important that consumers support them,” adds Devost-Dulude.

 

Regarding flatware and dishware suppliers open to the public, there’s Monas, on Parc avenue, and Tzanet, on l’Acadie boulevard. Also, the various Ares stores.

 

Over and above his favourite spots, what is paramount to Chef Devost-Dulude is the city’s unique culinary mix: “Montréal is a veritable gastronomic hub. Europe, Latin America, Asia and other corners of the world converge here and add to our local cuisine, to produce a variegated and multifaceted foodscape.”

The Palais's secret touch

Making food

eventful

Adaptability, versatility and quality. These are the three principles on which rest the diversified offering and unforgettable culinary experience the Palais des congrès de Montréal and its caterer Capital Catering deliver at every event.

 

“Without losing our identity, we have to be open-minded and flexible in order to satisfy an international clientele. We must be able to grasp the customer’s needs, puzzle them out, give them focus, adapt them to our means and add the Palais’ colourful and flavourful touch, without compromising efficiency given the monumental logistical considerations involved in hosting an event,” explains Executive Chef Simon Devost-Dulude.

 

The International Polar Year 2012 Conference, held at the Palais last April, is a perfect example of the adaptive capacity referred to earlier. The menu featured a musk ox stew whose meat originated directly from Nunavut, Arctic char smoked the traditional way, teas using herbs from the Northern regions, and other delicacies specially prepared for the occasion. Essentially, whether for a 3,000-guest affair, a more intimate VIP gala, a wedding, a product launch or a business luncheon, the chef and his seasoned kitchen staff never back away from a challenge: “Can we do everything? Obviously not. Can we do virtually everything? You bet! And we relentlessly strive to satisfy every customer,” exclaims the chef.

The gardener chef and his vegetable garden

The Culti-Vert project

Pride and refreshing!

Growing an organic garden downtown? It’s possible, and the Palais has been proving it since 2010 with its Culti-Vert project, in collaboration with the Montréal Urban Ecology Centre. This is a great source of pride for Chef Simon Devost-Dulude and the entire team:

 

“We’re ahead of the curve and we are leading by example. We are demonstrating that it is implementable and tangible benefits can be drawn from it, including curbing urban heat islands, improving the air we breathe, etc. And I get to pick my own products and use them in our dishes, which makes me even happier,” declares an enthusiastic Devost-Dulude.

 

The result is incomparable freshness as fruits, vegetables and fine herbs go straight from the soil to the table in merely hours.

 

Culti-Vert is also a unifying initiative: “Employees and customers are interested in it, and are asking for even more,” resumes the chef. In summer, Devost-Dulude garnishes guests’ dishes with the Palais garden’s harvest: including cucumbers, squash, tomatoes and chives. Chef Devost-Dulude loves exploiting his gardener side and exploring colours and flavours, much to everyone’s delight!

Le chef jardinier et son potager

Le projet Culti-Vert :

fierté et fraîcheur!

Cultiver un jardin bio en plein centre-ville? C’est possible et c’est d’ailleurs ce que démontre le Palais depuis 2010 avec son projet Culti-Vert, en collaboration avec le Centre d’écologie urbaine de Montréal. Il s’agit là d’une grande fierté pour le chef Simon Devost-Dulude et toute l’équipe :

 

« On se positionne en avant de la vague et on sert d’exemple. On montre que c’est possible à implanter et qu’on en retire des bénéfices tangibles, entre autres réduire les îlots de chaleur, améliorer l’air qu’on respire… Et si en plus je peux me servir des récoltes et les mettre en valeur dans nos assiettes, j’en suis d’autant plus heureux », s’enthousiasme-t-il.

Cela amène également une fraicheur incomparable, alors que fruits, légumes et fines herbes passent de la terre au couvert en quelques heures à peine.

 

Culti-Vert, c’est aussi un projet rassembleur :

 

« Autant les employés que les clients s’y intéressent, et même, en redemandent! », poursuit le chef. En période estivale, il garnit ainsi les assiettes des convives avec les récoltes du Palais : notamment concombres, courges, tomates et ciboulette. Le chef Devost-Dulude aime jouer avec son côté jardinier et avec les couleurs et les saveurs, pour le plus grand bonheur et régal de tous!

Le secret de la touche Palais

La gastronomie

au cœur des événements

Pour proposer une offre diversifiée et une expérience culinaire mémorable comme l’assurent le Palais des congrès de Montréal et son partenaire Capital Traiteur, trois principes sont de mise : adaptation, polyvalence et qualité.

 

« Sans perdre notre identité, il faut être disponible et souple pour répondre à la clientèle internationale. Il faut être capable de comprendre la demande du client, la déchiffrer, la cibler, l’adapter à nos moyens et y mettre notre touche “Palais” — colorée et goûteuse — tout en restant efficace vue l’imposante logistique qu’implique l’accueil d’événements de grande envergure. », explique le chef Simon Devost-Dulude.

 

Le congrès de l’Année polaire internationale 2012, tenue au Palais en avril dernier, illustre parfaitement cette incroyable capacité d’adaptation. Au menu : ragoût de bœuf musqué dont la viande provenait directement du Nunavut, omble de l’Arctique fumé de façon artisanale, tisanes aux herbes boréales et autres délices spécialement concoctés pour l’occasion.

 

Bref, que ce soit pour un grand rassemblement de 3 000 personnes, un gala VIP avec quelques convives, un mariage, un lancement de produit ou encore un dîner d’affaires, le chef et sa brigade chevronnée ne reculent devant aucun défi : « Est-ce qu’on peut tout faire? Non. Est-ce qu’on peut presque tout faire? Oui! Et on s’active sans relâche pour satisfaire chaque client! », s’exclame le chef.

Les bonnes adresses de Simon

Le chef Devost-Dulude

et quelques uns de ses lieux favoris

Quoiqu’il se garde quelques perles pour lui seul, « secret professionnel oblige », lance-t-il à la blague, le chef Devost-Dulude a bien voulu partager quelques-uns de ses lieux favoris avec nous…

 

Son restaurant préféré? Il n’en a pas UN; en fait, il pourrait bien en citer un pour chaque type de nourriture à Montréal… Entre autres, il apprécie énormément le restaurant Au pied de cochon et la cuisine de Martin Picard et, avenue Laurier, il s’arrête chez Juni pour les sushis.

 

Si l’on parle d’adresse incontournable, ce sont nos marchés publics qui viennent spontanément en tête du chef. Il y aime notamment le contact avec les producteurs : « On dirait que ça humanise la démarche… On peut mettre un visage sur nos aliments. On a tellement de beaux produits au Québec et c’est important que les clients les soutiennent », précise-t-il.

 

Chez les fournisseurs d’ustensiles et de vaisselle accessibles aux particuliers, il mentionne au passage Monas, sur l’avenue du Parc, et Tzanet, sur le boulevard l’Acadie. Il cite également les succursales Ares.

 

Mais au-delà des bonnes adresses, ce que souligne d’abord le chef Devost-Dulude, c’est le métissage culinaire unique de la métropole :« Montréal est une véritable plaque tournante en matière de gastronomie. Europe, Amérique latine, Asie et autres horizons s’y rencontrent et s’ajoutent au terroir québécois, façonnant un visage culinaire aux multiples facettes. »

Une recette du chef

Couscous israélien en salade fraîche

avec lardons et fruits secs

Appréciée des employés du Palais comme des convives des événements, cette salade marie les saveurs sucrées et salées dans un accompagnement passe-partout idéal en toutes saisons. Le couscous israélien est disponible dans plusieurs épiceries fines, comme chez La Dépense, située au Marché Jean-Talon.

 

 

Couscous israélien 200 g avant cuisson (donnera environ 2 à 3 fois)
Brocoli 2 têtes
Raisins secs 40 g
Canneberges séchées 40 g
Noix variées, concassées 40 g
Oignons verts, émincé finement 1 botte
Herbes hachées (persil, ciboulette) 1 botte
Sel et poivre du moulin au goût
Radis 5-6 unités
Courgette 1
Poivron 1
Lardons ½ paquet de bacon, environ 250 g

 

  • Utiliser une vinaigrette du commerce de style « salade de chou » au goût ou faire une mayonnaise maison, bien assaisonnée.

     

  • Cuire le couscous israélien comme des pâtes alimentaires, c’est-à-dire dans l’eau bouillante légèrement salée. Compter 6 à 7 minutes de cuisson. Bien égoutter et refroidir au frigo sur une plaque.

     

  • Tailler les têtes de brocoli en petits morceaux, garder les tiges pour un potage. Tailler les autres légumes (radis, courgettes et poivrons) en petits dés.

     

  • Pour les lardons, faire cuire le bacon au four et égoutter pour enlever le plus de gras possible. Concasser en petits morceaux et laisser tempérer.

     

  • Tout mélanger dans un grand bol ou saladier, assaisonner de sel et poivre et de vinaigrette au goût.

     

  • Laisser reposer au frigo quelques heures pour que les goûts se mélangent bien.

     

Entretien avec un amoureux des saveurs

Chef Simon Devost-Dulude

Capital Traiteur

À votre tour maintenant de rencontrer Simon Devost-Dulude, un chef ambitieux et fier, à la fois humble et accessible…

 

Que signifie la passion pour lui?

 

« Un moteur pour sans cesse se renouveler. J’ai besoin de cette adrénaline que m’apporte mon métier », dit-il.

 

Outre la passion, que faut-il pour réussir dans la plus grande cuisine institutionnelle de Montréal?

 

« Une bonne capacité d’adaptation et de réaction, et être ouvert d’esprit aux propositions pour bien répondre aux besoins des différentes clientèles. »

 

Son but premier?

 

« Que le client reparte avec un souvenir mémorable d’une belle expérience et d’un repas savoureux inoubliable. »

 

Ses impressions sur son travail depuis sa nomination?

 

« Vu la charge de travail imposante, la dimension d’équipe prend toute son importance. Seul, je ne pourrais pas mener le bateau à bon port. »

 

Son style en cuisine : tyran ou ami?

 

« Certainement pas tyran. Comme le terme brigade l’indique bien, mon équipe, c’est en quelque sorte une deuxième famille, ou plutôt une confrérie hiérarchisée. Bien sûr, cette notion de hiérarchie est très importante en cuisine pour garder le contrôle, mais il y a moyen d’être un chef exigeant sans être désagréable. »

 

Son rôle et sa force comme chef?

 

« J’essaie d’être un bon communicateur, d’impliquer les personnes pour qu’elles se sentent concernées. Je pense que c’est comme ça que l’on tire le meilleur des gens. Il faut sentir que l’on va tous dans la même direction. J’agis comme chef d’orchestre et je mets à profit les forces de chacun. »

 

Ce qu’il veut faire ressortir de sa carte?

 

« Le goût et les saveurs. Cela peut paraître bien simple, mais du simple sandwich au plat plus gastronomique, il faut que ce soit bon. Ensuite, la variété : une cuisine variée qui met d’abord en valeur les produits frais et d’ici, dont ceux provenant des toits du Palais, pour répondre notamment à la clientèle qui vient de partout dans le monde. Et finalement, une cuisine créative qui se renouvelle et qui fait honneur à Montréal. »

 

Comme chef, que change le fait qu’il vienne de Montréal?

 

« Au-delà des compétences, je crois que cela apporte une fierté de plus : la fierté de notre héritage culinaire et de nos capacités. J’ai toujours cru à ce que l’on pouvait faire en cuisine au Québec. Je suis heureux et fier de voir que la relève québécoise a pris le flambeau et le porte encore plus loin et je sens que je m’inscris dans ce mouvement. Je pense aussi que c’est important pour le Palais qu’on représente le renouveau au Québec et à Montréal. »

Découvrez Simon Devost-Dulude

Chef exécutif

Capital Traiteur

Outre sa solide formation à l’ITHQ, Simon Devost-Dulude cumule plus de 15 années d’expérience, dont 7 ans comme sous-chef dans les cuisines du restaurant de l’Institut. À 34 ans, Simon Devost-Dulude s’inscrit aujourd’hui dans la génération montante de la gastronomie québécoise. Il allie héritage québécois et inspirations internationales dans une cuisine distinctive savoureuse.

 

Branché sur les tendances culinaires, amateur de nouveautés, il aime mettre à l’honneur les produits locaux et ne rate pas une occasion de profiter de la récolte issue des jardins du Palais. Méticuleux, il se soucie des moindres détails afin d’offrir à chaque convive une expérience sans pareil. Son secret? Une brigade au savoir-faire inégalé, mais surtout, des plats qui se démarquent par l’harmonie des saveurs et la fraîcheur des aliments!

 

Sa volonté de devenir chef, il la doit d’abord à son passage à l’ITHQ et à des rencontres significatives, notamment avec le chef exécutif de l’Institut à l’époque, Williams Chacon, et son collègue alors sous-chef, Samuel Sirois : « Cette période et ces personnes m’ont vraiment aidé à me définir comme chef. Rigueur et passion, mais aussi vision et sens de la fierté m’ont accompagné durant tout ce temps et encore aujourd’hui », explique M. Devost-Dulude.